La vallée Ait Bouguemez

La vallée de l'Ait Bouguemez est une vallée isolée située au milieu du Haut-Atlas marocain, à une altitude de 1 800 m et éloignée des grandes villes les plus proches. Les habitants de la vallée sont des Berbères qui vivent de leur petite agriculture et de leur bétail; en été, également, du tourisme en croissance constante.

Dans la vallée, il y a un climat d'Europe centrale avec des étés doux et chauds et des hivers froids et avec de la neige. La vie ici est marquée par le rythme des saisons et la nature brute. La vie des gens est encore très désuète dans de nombreux domaines et la plupart du travail se fait toujours de manière homogène et commune, on a besoin de l'autre et l'individu est subordonné au groupe.

La vallée s'étend sur plusieurs kilomètres et comprend de nombreux petits villages. Dans presque chaque village, il y a une mosquée, de petites épiceries et une école primaire, où les cours sont dispensés dans des espaces très restreints et dans les conditions les plus élémentaires. Les cours sont en arabe et la plupart des enfants ont beaucoup de difficultés à suivre les cours, leur langue maternelle, le dialecte berbère Tachelheït, étant complètement différent de l'arabe.

Beaucoup d'adultes sont encore analphabètes et seuls quelques-uns d'entre eux vont dans les écoles secondaires du bourg de Tabant après les six premières années de scolarité obligatoire. Le peu d'acquisitions ne persiste pas.

Bien que l’éducation moderne, comme la télévision et maintenant internet, donne un coup de pouce à l’enseignement général, les liens et les traditions communautaires sont affaiblis par les médias modernes qui nourissent des désirs irréalistes et irréalisables.

De plus, avec la nouvelle route relativement goudronnée qui relie la vallée au reste du monde, l’électricité et un afflux croissant de visiteurs, le mode de vie des gens évolue rapidement.

Chaque année, les habitants sont de plus en plus confrontés aux contradictions entre leur mode de vie traditionnel et l’époque moderne, et ils ressentent de plus en plus les différences culturelles et le fossé qui sépare les riches des pauvres. Malheureusement, la pollution, le dépeuplement rural, le chômage et le mécontentement croissant des jeunes deviennent de plus en plus évidents.